Qualité de l'Air Intérieur

La qualité de l’air intérieur (QAI)

Il est actuellement reconnu que la santé de l’homme et les expositions environnementales sont étroitement liées. Parmi elles, l’exposition à la pollution de l’air intérieur est importante à considérer puisque nous passons la majorité de notre temps dans des espaces clos (~ 90%). L’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur. Celui-ci, provenant de l’extérieur, est chargé des polluants atmosphériques auxquels sont ajoutés les polluants spécifiques de l’intérieur. Ce « cocktail » de polluants est susceptible d’engendrer une exposition par inhalation, ingestion et voie cutanée. Les effets peuvent être multiples : affections respiratoires, asthme, allergies, céphalées, irritations des muqueuses, éruptions cutanées, maux de tête, fatigue, vertiges, douleurs musculaires et articulaires, nausées voire des troubles neurologiques, des troubles de la reproduction et du développement ainsi que des effets cancérogènes.

 

Déterminants de la qualité de l’air intérieur

La qualité de l’air intérieur est fonction :

  • de l’air extérieur (pollution atmosphérique, contaminants biologiques) ;
  • du sol (nature géologique, pollution) ;
  • du bâtiment (mode constructif, systèmes, matériaux de construction & décoration, ameublement) ;
  • des occupants (activités, équipements, produits de consommation).

 

La pollution de l’air intérieur est la résultante des phénomènes physico-chimiques de diffusion, d’émission, d’adsorption/désorption des éléments ci-dessus et de la réaction chimique des diverses substances émises.

 

Contexte réglementaire

Les pouvoirs publics font de la qualité de l’air intérieur une préoccupation sanitaire de plus en plus importante.

Cette problématique a été intégrée dans le PNSE I (Plan national santé environnement) avec comme objectif de mieux connaître les déterminants de la qualité de l’air intérieur et, pour la première fois, d’initier une démarche d’étiquetage sanitaire des matériaux de construction et de décoration.

Cette dynamique a été confirmée dans la loi Grenelle 1 dont certains engagements ont été déclinés dans des actions du PNSE II. Parmi elles figurent la diminution de la pollution particulaire, l’étude des déterminants et de l’état des pollutions intérieures, la mise en place d’un étiquetage sanitaire et la surveillance de la qualité de l’air intérieur de 300 écoles et crèches.

Le PNSE II a été décliné régionalement en PRSE II (Plan régional santé environnement) qui, en région Paca, s’est traduit par le renforcement du Groupe d'experts initié dans le cadre du projet AGIR du Conseil Régional, le Réseau EQAIR.

Enfin, l’étude des risques sanitaires de l’exposition à la pollution intérieure, la surveillance de la qualité de l'air intérieur dans les ERP (Etablissements recevant du public) et l’étiquetage sanitaire ont été inscrits dans la loi grenelle 2.

 

Etiquetage sanitaire des produits de construction et décoration

L'étiquetage sanitaire des produits de construction et de décoration est devenu obligatoire le 1er septembre 2013 pour les produits sur le marché utilisables à l'intérieur.

Un projet d'étiquetage de l'ameublement est en cours d'étude et devrait voir le jour à l'horizon 2020.

 

Surveillance de la qualité de l'air intérieur de certains établissements recevant du public

La surveillance réglementaire de la qualité de l'air intérieur dans certains Etablissements Recevant du Public est entrée en vigueur en juillet 2012. Les paramètres étudiés sur les suivants :

  • concentrations intérieures en formadéhyde
  • concentrations intérieures et extérieures en benzène
  • indice de confinement (calculé à partir de concentrations intérieures en dioxyde de carbone)
  • évaluation des moyens d'aération

La réglementation a été reportée et simplifiée. La surveillance était initialement à réaliser au plus tard au 1er janvier 2015 pour les établissements recevant des enfants de moins de six ans et les écoles maternelles.

Les nouveaux délais sont les suivants :

  • 1er janvier 2018 pour les établissements recevant des enfants de moins de six ans et les écoles maternelles et les écoles élémentaires
  • 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et établissements d’enseignement du second degré
  • 1er janvier 2023 pour les autres établissements

Les diagnostics d'évaluation des moyens d'aération restent obligatoires mais peuvent être réalisés par le gestionnaire du bâtiment. L'accréditation pour l'évaluation des moyens d'aération a été annulée.

Pour les polluants intérieurs, les responsables d'établissements ont désormais le choix entre deux solutions : 

  • faire des mesures de surveillance de la qualité de l'air intérieur par organismes accrédités dans les même conditions d'auparavant (formaldéhyde, benzène et confinement) avec comme polluant complémentaire le perchloroéthylène pour les établissements contigus à des pressings de lavage à sec.
  • Appliquer le guide du Ministère de l'environnement et mettre en place un plan d'action d'amélioration de la qualité de l'air intérieur.

Pour d'avantage d'informations :

 Certaines modalités d'application de la réglementation restent encore à préciser par arrêté.

 

Démarches nationales

Travaux de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI)

L’OQAI, missionné par les pouvoirs publics a pour but de faire avancer les connaissances sur la pollution intérieure par le biais, entre autre, de campagnes nationales de mesure. La première campagne à grande échelle a concerné 567 logements en France entre 2003 et 2005. Cette étude a montré que l’air des bâtiments était globalement plus pollué que l’air extérieur.

Deux autres études prévues de 2013 à 2016 sont prévues dans 300 écoles et 300 bureaux.

Air PACA a été retenue comme opérateur de l'OQAI pour réaliser les mesures de l'étude CNE (Campagne Nationale Ecoles) dans le département des Bouches-du-Rhône pour laquelle 17 écoles tirées au sort ont été échantillonnées.

Les paramètres mesurés dans l’air ou dans les poussières déposées pour la campagne Ecoles sont les suivants :

  • Indicateurs de confinement de l’air : dioxyde de carbone.
  • Indicateurs de confort : température et humidité relative de l’air, niveau sonore, éclairement.
  • Composés chimiques : composés organiques volatils, aldéhydes et composés organiques semi-volatils.
  • Métaux : plomb et autres métaux.n Particules en suspension dans l’air.
  • Contamination biologique, notamment moisissures, allergènes de chat, de chien et d’acariens dans la poussière des matelas des dortoirs.

Air PACA a également été retenue comme opérateur de l'OQAI pour réaliser les mesures de l'étude CNB (Campagne Nationale Bureaux) dans le département des Bouches-du-Rhône.

www.oqai.fr

 

Une campagne nationale de mesures dans des écoles et crèches en région PACA

La campagne nationale Ecoles et Crèches, pilotée au niveau national par un comité technique (Ministère de l'Ecologie du Développement Durable du Transport et du Logement, CSTB, AASQA, LCSQA) a permis de tester un protocole simplifié de mesures dans plus de 360 écoles et crèches sur 3 ans.

Cette étude, maintenant terminée, avait pour objectif de préparer les modalités de la surveillance réglementaire (optimisation des protocoles, validation des modalités de gestion des résultats) a été mise en application par les Association agrées de surveillance de la qualité de l’air intérieur (AASQA) de chaque région.

Dans le cadre de la campagne nationale, Air Paca a participé depuis 2009 à l’expérimentation du protocole de mesure de la qualité de l'air intérieur (mesure des formaldéhyde, benzène, dioxyde de carbone et diagnostic simplifié du bâtiment). Cette expérimentation concerne 23 établissements en Région PACA. Elle se déroule en deux phases : 2009/2010 pour 18 établissements, 2010/2011 pour 5 nouveaux établissements et quelques-uns qui ont nécessité des mesures correctives à la fin de la phase 1, pour en vérifier l’efficacité. Afin d’évaluer l’influence de la température, chaque établissement a fait l’objet d’une campagne hivernale et estivale.

Télécharger le rapport régional

 

Démarche régionale

Le Réseau EQAIR est né d’une initiative régionale soutenue par le Conseil Régional PACA de mise en réseau de compétences en air intérieur (médecins, métrologues, toxicologues, chercheurs, sociologues, professionnels du bâtiment) dont le but a été, dans un premier temps, de développer une méthodologie d’évaluation de la qualité de l’air intérieur en l’expérimentant sur des bâtiments recevant du public et dont l’objectif final est de devenir une capacité d’intervention régionale en cas de problèmes suspectés ou avérés de pollution intérieure.

La méthodologie de mesure, basée entre autre sur les travaux de l’Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur et l’expérience des membres du réseau EQAIR, comprend la mesure de polluants chimiques, physiques et biologiques, de paramètres de confort, une analyse sociologique ainsi qu’un diagnostic du bâtiment.

La première phase de l’expérimentation commencée en 2009 s’est terminé courant 2012, et les premières interventions d’assistance aux collectivités pour des problèmes suspectés de pollution intérieure ont déjà eu lieu.

Le rapport présentant la méthodologie, les résultats, leurs modalités de gestion ainsi que le retour d’expérience et les futures évolutions de la méthodologie développée sera disponible prochainement.

Une deuxième phase d'expérimentation a été réalisée en 2015 et 2016 dans trois établissements 

En savoir plus sur Le Réseau EQAIR

 

Evaluation de la qualité de l'air de l'environnement domestique : Conseillers Habitat Santé / Conseillers en Environnement Intérieur

Les conseillers habitat santé (CHS) ou conseillers en environnement intérieur (CEI) réalisent des audits de la qualité de l'air intérieur au domicile de personnes dont la santé semble être influencée par leur environnement domestique. Les visites comportent généralement un questionnaire qui s’intéresse aux risques respiratoires et extra-respiratoires, la réalisation d’un test de détection et de dosage d'acariens, l’échantillonnage de moisissures visibles et, à la demande, l’échantillonnage d’air pour mesure des composés organiques volatils et/ou aldéhydes. Ces interventions sont réalisées à la demande du médecin traitant pour toute suspicion de pathologie liée à l'environnement intérieur.

L'ensemble des conseillers de la Région se sont organisés Réseau CEI/CHS régional qui regroupe l'ensemble des conseillers de la région Provence Alpes Côte d'Azur. Il a pour but d'harmoniser la profession, développer les échanges de pratique, de permettre la mise en œuvre de nouvelles stratégies communes d’intervention dans l’habitat, d'assurer une assistance et une veille technique, scientifique et réglementaire.

En savoir plus sur Le Réseau CEI/CHS